samedi 29 avril 2017

The Curse de Marie Rutkoski


Auteur: Marie Rutkoski

Maison d'édition: Lumen

Secteurs: Dystopie, Young Adult

Nombre de pages: 456 pages

Prix du livre: 15 €

Résumé:

Fille du plus célèbre général d'un empire conquérant, Kestrel n'a que deux choix devant elle : s'enrôler dans l'armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n'est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la " malédiction du vainqueur " : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l'objet de sa convoitise. 

Elle ignore encore qu'elle est loin, bien loin, d'avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l'esclave, Arin, et comprend qu'il n'est pas qui il paraît... Mais ce qu'elle soupçonne n'est qu'une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage. 

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l'imagination d'une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.





Hey, ça fait un moment maintenant que je n'ai pas publié de chronique sur le blog, et je dois vous avouer que ça me manquait un peu. Ce livre je l'ai lu au mois de mars et je n'ai pas vraiment trouvé le moment d'en faire la chronique tout de suite après. Je profite donc de ce petit moment de répit pour vous rédiger mon avis sur cette fabuleuse lecture. 

Ce livre est rentré dans ma pal aussi vite qu'il en est sorti, il me faisait déjà de l’œil depuis sa sortie mais quand Julie, la directrice de Songe d'une nuit d'été a annoncé qu'elle cherchait des volontaires pour organiser l'interview de Marie Rutkoski je n'ai pas hésité une seule seconde et je me suis tout de suite lancée dans la lecture de The Curse.

Au premier abord, j'ai été un peu déçue car j'ai trouvé que ce l'intrigue mettait un peu de temps à se lancer, mais cette déception a vite disparu parce qu'une fois le train en marche on ne l'arrête plus. J'ai été vraiment étonnée par tout le chemin que l'on a parcouru en un seul tome. Il y a beaucoup de choses qui sont mises en place, beaucoup de données au début à assimiler mais c'est pour mieux profiter de la suite du récit. J'ai été complètement séduite par l'univers que met en scène Marie Rutkoski, on sort vraiment ce que l'on peut croiser habituellement dans le Young Adult.

La relation entre les personnages de Kestrel et Arin est vraiment intéressante car ils sont tous les deux très têtus et à aucun moment ils ne changent d'avis. L'un des éléments qui m'a le plus plu c'est le côté Women Power que nous pouvons retrouver dans ce livre, même si la couverture peut faire un peu fifille, le personnage de Kestrel est une femme forte et est à des kilomètres de la pauvre fille nunuche qui attend que le bel homme fort vienne la sauver. J'ai vraiment été séduite par ce personnage, je la trouve forte, impétueuse et audacieuse. Elle doit faire des choix difficiles, notamment celui de se marier ou de commander une armée.


J'ai adoré lire ce livre car il était palpitant, plein d'action et de retournements de situation, je dois avouer que je n'ai pas du tout eu le temps de m'ennuyer. Et la fin a été pour moi une énorme claque, quand j'ai refermé le livre, j'étais frustrée car je n'avais pas la suite à dévorer.


P.s: Pour les curieux qui souhaiteraient lire l'interview de Marie Rutkoski, voici un lien vers l'article 

lundi 24 avril 2017

[Mime] Felicity Atcock tome 1: Les anges mordent aussi de Sophie Jomain



Auteur: Sophie Jomain

Maison d'édition: J'ai lu

Secteurs: Fantastique, Adulte

Nombre de pages: 318 pages

Prix : 6.90 €






Aujourd'hui parlons anges et démons. J'ai commencé Felicity Atcock de Sophie Jomain et j'ai juste adoré. J'ai même commandé le deuxième tome juste après avoir fini le premier. Ce premier tome est mon petit coup de coeur des vacances de Pâques ! J'avoue ne jamais avoir vraiment apprécié ce genre de littérature mais Sophie Jomain m'a complètement conquise. Je pense même commencer Les Etoiles de Noss Head très prochainement !

Dans cette saga, nous suivons Felicity Atcock, une jeune femme à l'existence tout à fait normale si on oublie le fait qu'elle connaisse l'existence des vampires et que sa tante en est un. Ce personnage est vraiment attachant et très drôle. Elle sait ce qu'elle veut et le fait comprendre par tous les moyens. On a plaisir à la suivre dans ses péripéties plus ou moins désastreuses. Ce que j'ai vraiment apprécié c'est sa façon de régler ses problèmes pour s'en attirer d'autres juste après. Il lui arrive toujours (et je n'exagère pas avec le toujours) des aventures rocambolesques qui finissent toutes plus ou moins bien ! Et elle sait s'entourer d'amis qui la soutiennent chacun à leur manière ce qui rend le tout parfois assez délirant. Je pense que c'est une de mes héroïnes préférées et j'ai vraiment hâte de la retrouver dans le prochain tome.

J'ai aussi très envie de retrouver la plume de Sophie Jomain. C'est une auteure française, je peux donc vraiment parler de son style d'écriture puisqu'il n'y a pas de traducteur ! En un seul mot : formidable ! C'est à la fois fluide et beau, et même dans les passages assez osés, il n'y a pas de vulgarité. On prend vraiment beaucoup de plaisir à la lire. En un tome, Sophie Jomain m'a conquise. De plus elle construit un univers et des personnages tout à fait étonnants. L'univers s'inscrit dans notre réalité avec un côté surnaturel caché de tous. Le lecteur connaît l'existence des deux faces de cet univers grâce à Felicity, qui nous propulse dedans, mais il y a des personnages qui y font leurs premiers pas comme Daphné, la collègue de travail de Felicity, ou encore Tony, un vampire nouveau-né. Ils apprennent à vivre avec le surnaturel et cela est raconté d'une manière très drôle et divertissante. Le lecteur apprend donc certains éléments grâce aux personnages secondaires. J'ai trouvé cette manière de procéder plutôt originale. De plus, les personnages évoluent dans un univers où on ne croise pas que des vampires mais aussi des anges, des démons ainsi que des entre-deux. J'ai vraiment aimé cela et j'espère rencontrer d'autres créatures surnaturelles par la suite !

Les relations entre les personnages sont aussi intéressantes. On a un triangle amoureux entre Felicity, l'ange Terrence protecteur de l'humanité, et Stanislas un entre-deux mi-ange mi-démon qui a fait de Felicity sa soubrette. Même si les rôles semblent distribués : Terrence le gentil garçon et Stanislas le bad-boy, on a souvent de petits retournements de situations qui nous montrent le côté un peu sombre et pervers de Terrence ainsi que la partie ange de Stanislas que l'on oublie souvent tout comme lui. J'ai trouvé que cela permettait de surprendre le lecteur et rendait la lecture assez addictive. Personnellement, je n'ai pas la moindre idée d'avec qui Felicity finira, ce qui me change des triangles amoureux que j'ai déjà croisés dans mes autres lectures. La relation entre Daphné et Tony est assez particulière aussi. C'est le surnaturel qui les rapproche alors qu'au début on aurait plutôt cru que ça les séparerait. Ce qui m'a tout de même un peu dérangé, c'est l'attrait important des créatures surnaturelles pour Felicity. Tous les êtres surnaturels qui croisent son chemin lui portent un intérêt sentimental vif et soudain. Il y aura certainement une réponse par la suite à cela mais j'aurais tout de même aimé que ce soit plus nuancé.


Bref, vous l'aurez compris, ma lecture a été excellente et j'attends avec impatience la suite des aventures de Felicity. Sophie Jomain est une vrai révélation pour moi. Elle fait maintenant partie de mes auteurs préférés ! Je conseille vraiment cette saga à tous. Cependant elle s'adresse à un public averti puisqu'il y a des scènes un peu osées. Pour ceux qui n'aiment pas trop cela, vous pouvez vous lancez dans Les Etoiles de Noss Head qui est un peu plus soft d'après ce que j'ai entendu dire. Dans tout les cas, je vous conseille vivement les œuvres de Sophie Jomain qui a réussi à me happer dans son univers et qui a fait du premier tome de Felicity Atcock un de mes livres favoris. J'espère que la suite de la saga sera aussi bonne !  


samedi 8 avril 2017

[Mime] Caraval de Stéphanie Garber


Auteur: Stéphanie Garber

Maison d'édition: Bayard

Secteurs: Jeunesse , Fantasy

Nombre de pages: 479 pages

Prix: 17.90 €








Aujourd'hui je vais vous parler du fameux Caraval de Stéphanie Garber. J'avais beaucoup entendu parler de ce roman sans forcément avoir compris ce qu'il racontait. Si bien que lorsque j'ai débuté ma lecture, je ne savais vraiment pas dans quoi je m'embarquais. Les avis que j'avais entendus étaient tous très positifs et pourtant, j'ai été assez déçue au début. Je trouvais Scarlett trop pleurnicharde, j'aurais aimé plus de détermination de sa part. Mais puisque l'univers était vraiment bien construit, je n'avais pas envie de m’arrêter ainsi. Et au fil du récit, l'inimaginable s'est produit, j'ai commencé à vraiment m'attacher à l'héroïne. La complexité et la perversion de Caraval où elle évolue dans la suite du récit donnent une certaine légitimité à ses hésitations et à ses peurs. Et finalement, j'ai aimé suivre les péripéties de cette adolescente totalement humaine face à l'adversité.

Et que dire des autres personnages ? J'ai apprécié Donatella, la sœur de Scarlett, dès les premières lignes. Je la trouvais mille fois plus intéressante que sa sœur. J'ai tout de suite aimé son côté aventureux, déterminé et provocateur. Et en ce qui concerne Julian, le beau marin de passage, je l'aurais suivie n'importe où. Son côté « Je m'en fiche mais pas trop » m'a charmé. L'auteur nous offre une gamme de personnages tous aussi bien travaillés les uns que les autres mais aussi des relations uniques. La relation entre les deux sœurs m'a donnée des frissons. Elles se protègent d'une façon assez unique et c'est ça qui rend cette relation assez déroutante. Et même si j'aurais aimé parfois que Scarlett s'intéresse un peu plus au monde qui l'entoure plutôt qu'à Donatella, cette relation fusionnelle entre sœurs m'a conquise et a rythmé ma lecture. La relation entre Scarlett et Julian qui naît et grandit au fur et à mesure du roman, m'a fait à la fois plonger dans un rêve et dans un cauchemar. Il y avait un doute constant qui planait sur cette relation, allaient-ils finir ensemble ou pas ? Et cette incertitude m'a accompagnée jusque dans les dernières lignes.

Je dois avouer qu'il y a très peu de livres qui m'ont retournée comme cela. Ma lecture a été ponctuée de « Quoi? », de « Non mais c'est pas vrai ! » et de « C'est pas possible, c'est une blague ? ». Je ne voyais rien venir. Il y avait tellement de révélations soudaines et rapides ! Et même à la fin, lorsque tout semblait être clair, l'auteur arrivait encore à me surprendre. Tout comme Scarlett, j'ai vogué d'intrigues en intrigues sans savoir démêler le vrai du faux. Je me suis totalement laissée mener par le bout du nez et j'ai adoré ça !

Finalement, Caraval n'est pas vraiment un coup de cœur mais reste néanmoins une excellente lecture. Le seul bémol est le fait que j'ai vraiment eu du mal avec le début même si, par la suite, ma lecture a été assez addictive. La Scarlett hésitante et l'attente, un peu trop longue à mon goût, avant d'entrer dans l'action m'a quelque peu déçu mais la suite du roman en a vraiment fait une bonne lecture. Je le conseille vivement ! Et si certains rencontrent des difficultés à poursuivre leur lecture, je les encourage à continuer et à se laisser happer par ce monde d'illusions haut en couleurs et en rebondissements. 

mardi 4 avril 2017

[Marine] La Différence invisible de Mademoiselle Caroline et Julie Dachez



Auteur: Mademoiselle Caroline et Julie Dachez

Maison d'édition: Delcourt

Collection: Mirages

Secteurs: BD

Nombre de pages: 196 pages

Prix du livre neuf: 22.95 €








Eh oui ! Deuxième article et deuxième BD ! Celle-ci m’a été offerte pour mon anniversaire par mes amies et quel beau cadeau ! (J’avoue, je l’avais déjà repérée et une de mes amies l’avait remarqué.) Si vous me lisez, merci les filles !

Marguerite a 27 ans et se sent différente des autres. Vous êtes-vous déjà senti à l’écart lors d’une soirée ? Alors vous avez eu un aperçu de ce que vit notre héroïne au quotidien. La différence entre elle et la plupart des gens ? Ce n’est pas juste le temps d’une soirée que Marguerite se sent décalée mais dans toutes les actions du quotidien. Elle aime sa routine et son petit cocon avec ses animaux, mais elle se sent mal-à-l’aise au boulot, elle ne se sent pas bien dans les soirées ou lorsqu’elle est entourée par trop de monde. Elle ne comprend pas toujours l’humour ou le comportement de certaines personnes. Pourtant elle semble être comme tout le monde, ce qui entraîne une incompréhension de la part de ceux qui l’entourent. Elle tente souvent de faire des efforts, surtout pour faire plaisir à son conjoint, mais un jour elle décide de se prendre en main. Elle recherche la raison de son mal-être sur internet. Serait-elle autiste Asperger ? Ce diagnostic va l’aider à se comprendre, à s’accepter et à apprécier la vie d'une manière plus paisible et sereine. Seule ombre au tableau : comment faire comprendre aux autres qu’elle a des besoins différents et qu’il faut qu’ils l’acceptent ainsi ?

C’est donc sans surprise que je vous parle du personnage principal : Marguerite. Elle est très attachante notamment parce que l’on ressent très rapidement ses émotions. Cela nous donne même l’envie d’agir, d’entrer dans la BD pour qu’elle se sente mieux mais aussi de secouer les gens qui ont du mal à comprendre sa différence et qui ne font aucun effort. Grâce à ce personnage plein de nuances, l’auteur nous montre ce que ressent une personne atteinte du syndrome d’Asperger. Ce qui m’a le plus marquée c’est ce sentiment de malaise presque constant et cette hypersensibilité à tous les bruits qui l’entourent. Pour ce qui est des autres personnages, ils sont nombreux et la plupart du temps agaçants (bah oui ils ne comprennent rien à rien !) cependant dans la seconde partie ils sont plus compréhensifs et bien plus adorables ! (pour la plupart !). Mention spéciale à la libraire, pas simplement parce que j’aime les librairies mais parce qu’elle porte de l’attention à Marguerite dès le début de la bande dessinée sans être imposante. La narratrice est donc une libraire pleine de tendresse.

La bande dessinée est divisée en deux parties : avant et après le diagnostic. Elles sont matérialisées par une utilisation des couleurs très pertinente. La première partie est très sombre et semble être le reflet du ressenti de Marguerite. On note également les nombreux éléments rouges qui font apparaître tout son extérieur comme une agression. Dès que Marguerite comprend qu’elle pourrait être autiste asperger, les couleurs apparaissent à mesure qu’elle reprend goût à la vie. La quantité de rouge diminue pour finir par être pratiquement absente. Par ses dessins et ses couleurs, Mademoiselle Caroline intensifie les émotions et la puissance du scénario de Julie Dachez qui nous fait passer d’un sentiment de malaise à un sentiment de bien-être.


Cette BD m’a fait passer un très bon moment tout en me permettant de mieux connaître et de comprendre ce syndrome pas assez connu ou victime de nombreux préjugés. J’espère qu’il en sera de même pour vous, potentiels futurs lecteurs !

lundi 3 avril 2017

Les petits nouveaux #15




Salut les bookovores,

J'espère que vous allez bien ! Je suis heureuse de vous retrouver aujourd'hui pour vous présenter mes petites acquisitions du mois de Mars et je dois dire qu'entre le swap avec Livre o'vert, le salon du livre de Paris, les partenariats pour Songe d'une nuit d'été et les craquages, les petits nouveaux sont assez nombreux ce mois-ci.

Comme d'habitude, si certains livres vous intéresse, n'hésitez pas à cliquer sur la couverture, vous arriverez directement sur la page Livraddict ou Amazon du livre.


Les SP pour Songe d'une nuit d'été:


             


Le Swap:


    


 Les petits craquages:



        


 Pour les cours:




Et vous ? Quelles sont vos acquisitions ce mois-ci ? 

samedi 1 avril 2017

[Samy] Reine d'Egypte de Chie Inudoh


Auteur : Chie Inudoh
Maison d'édition : Ki-oon
Collection : Kizuna
Type : Manga
Catégorie : Seinen
Genre : historique
Nombre de pages : 184 pages

Prix : 7,90 €





Aujourd'hui, je souhaiterais vous présenter le dernier manga que j'ai lu et qui a été un petit coup de cœur. J'ai récemment acquis Reine d'Egypte, le petit dernier des éditions Ki-oon sorti le 9 mars.
Je l'avais déjà vu sur la programmation des sorties du mois de mars, et après avoir lu le résumé, il m'avait bien tenté mais sans déclencher le déclic pour que je me le procure tout de suite. [Je me demande bien pourquoi!] Pourquoi ce manga m'intéressait-il ?

  • Pour l'héroïne avant tout ; il s'agit d'une femme qui se confronte à la société de l'Egypte antique et qui s'affirme comme une femme voulant avoir le pouvoir et le respect. Ce manga évoque la place de la femme dans la société de l'époque.
  • En regardant la couverture, j'en étais venue à la conclusion que les dessins étaient sûrement somptueux.
  • C'est un manga des éditions Ki-oon dont j'admire le travail; je suis totalement fascinée par la finesse et l'élégance de leurs mangas.
  • Il s'agit d'une nouvelle collection qui a pour but de présenter des manga tout public de façon intemporelle et universelle. J'étais donc curieuse de voir de quelle façon ces éditions allaient procéder.
Il se trouve que par le hasard des choses, cette petite pépite m'a récemment été offerte.
Ce manga nous transporte dans l'Egypte à l'époque des pharaons. Hatchepsout, fille de Thoumosis II, épouse son demi-frère Séthi et fait de lui l'héritier légitime du trône. Cependant Chepsout ne désire pas simplement être reine, elle veut devenir pharaon. Pour la jeune reine débute alors un combat contre les traditions ancestrales pour se faire accepter en tant que femme et surtout en tant que femme de pouvoir.

Pour être honnête avant de lire ce premier tome, je ne connaissais pas cette reine d'Egypte. Et pourtant, il s'agirait d'une reine très importante ayant marqué l'Histoire. À travers un manga historique, Chie Inudoh nous offre le récit de cette jeune reine incomprise qui souhaite se battre pour protéger son pays. L'auteur prend le temps de poser le cadre et de nous situer l'histoire pour nous permettre de mieux comprendre les enjeux du manga.
Du côté des personnages, Chepsout et Séthi, les personnages principaux, ont des personnalités opposées créant ainsi une tension et une rivalité entre eux. Chepsout, femme de caractère et ambitieuse et tout le contraire de Séthi, arrogant et prétentieux. Ce premier tome de Reine d'Egypte présente toute la complexité de Chepsout à travers des flash-backs qui permettent de mieux comprendre son caractère et d'appréhender son évolution.

Les personnages, notamment celui de la reine, sont développés avec beaucoup de profondeur; on comprend au fil des chapitres qu'ils ont tous une histoire. Ce manga avant tout historique donc réaliste, présente également l'originalité de l'auteur, c'est-à-dire sa part de fiction. Il y a quelque chose de romanesque dans cette histoire qui transcrit le dilemme de la reine : être une femme est synonyme de n'avoir aucune autorité et identité réelle, alors pourquoi voudrions-nous être une femme ? Ce tome introductif est une quête initiaque et d'identité du personnage qui se déclare hautement féministe.

Avec un dessin raffiné, impressionnant par les nombreux détails des tenues, maquillages et coiffes, Chie Inudoh offre à travers son manga cette recherche de l'égalité entre homme et femme. Ce premier tome m'a vraiment ravie et j'ai hâte de lire la suite.

Avez-vous été tentés par ce manga ? L'avez-vous lu et qu'en avez-vous pensé ? Je suis curieuse d'avoir vos avis.